jeudi 9 octobre 2008

RER C : Oh rage … Oh désespoir …




















Après avoir lu mon 20 minutes hier matin, comme à mon habitude dans le métro (et non pas « métro » en 20 minutes :) n’est ce pas Fabien), je découvre qu’une panne survenue dans le tunnel Saint-Lazare - Magenta a mobilisé 850 usagers du RER E, qui ont dû être évacués, dans la soirée du 7 octobre.
Une forte pensée de ma part envers ces gens m’a soudain traversé l’esprit, j’étais bien contente de ne pas avoir été à leur place.
Encore une fois le RER a su faire parler de lui.
Manque de bol, j’avais pensé trop vite et arrivée en gare d’Austerlitz, la panne, tel un virus, s’est propagée jusqu’à mon cher tendre RER C.
« TRAIN SUPPRIME » que je connais par cœur, s’est donc affiché sur tous les trains desservant la gare.
Je file à l’accueil prendre mon petit billet de retard pour mon entreprise (comme en 6ème), et demande l’heure du prochain train.
La réponse ne fut pas longue à venir
« ??? »
Ah ok, vous m’en direz tant et ???
« ??? »
Bon, ben, je vais me fumer ma clope alors !!! Me détendre, et appeler le taf par la même occasion.
Je retrouve une copine qui me dit qu’il s’agit d’une panne électrique sur tout le réseau de la gare.
« Ok, on n’est pas dans la merde ».
La gentille voix robotisée de la Madame SNCF, nous fait savoir que pour se rendre en direction de Massy Palaiseau, il va falloir rattraper un train en gare du Nord,
« mais bien sûr, c’est vrai que j’avais que ça à foutre aujourd’hui … »
On décide d’attendre, car de gentils techniciens nous disent que le trafic devrait reprendre.
Tu parles …
Au bout d’un certain temps on nous demande d’emprunter les quelques RER disponibles sur les voies grandes lignes.
Nous montons donc en groupe dans la gare (de 2, nous sommes passés à 10).
Le temps de trouver notre voie de départ parmi les trains, notre MONA disparait déjà pour de jolies contrées salariales.
Nous demandons de l’aide mais à part nous répondre que les RER se trouvent en bas de la gare, nous n’en savons pas plus, ce qui prouve une fois de plus la bonne communication au sein de la SNCF.
On finit par trouver un RER perdu au milieu d’un quai. Nous le prenons (après avoir longuement hésité à prendre le taxi).
On se retrouve perdus en gare de Choisy le Roi et là on opte pour le bus (j’aurais préféré le cheval, mais il n’y en avait déjà plus).
Youpiiiii, on va à Belle Epine avec celui-ci, on peut se faire les boutiques ? Un ciné ? Ou directement s’attabler ? Vu l’heure, on est plus à ça près, non ???
Et la ... Notre chauffeur tant attendu arrive enfin pour nous ramener de force sur notre lieu de travail. C’est que, je m’étais bien habituée à cette petite escapade moi :)
J’avoue qu’hier soir, j’ai préféré rentrer en voiture, pas envie de tenter le diable jusqu’au bout.
J’ai eu un peu peur ce matin, mais le trafic avait repris normalement.
Tout ça pour vous dire que ça n’arrive pas qu’aux autres, même si on a tous quelque chose à raconter sur les transports Parisiens :)
J’espère juste ne pas avoir de tuiles demain, car je pars en weekend ...
Croisez les doigts pour moi.

7 commentaires:

sheily a dit…

Ce week-end sera merveilleux!!!

Faustine a dit…

@Sheily : A Périgueux ...
ça rime et c'est là où je vais ;)

poetic chelsea a dit…

oui... quelle galere! tu as ete bien patiente je trouve. passe un merveilleux weekend ensoleillé!!!

lihouy a dit…

ah ! j'ai eu de la chance, je devais prendre un tgv à gare de l'est à 8h et pour y aller j'ai choisi de passer par choisy aussi... pas de souci de RER de mon côté, par contre le tgv a eu un retard de préparation de 25 minutes + une panne de machine en plein milieu de la campagne... d'où un retarad cumulé d'une heure... y a pu ka envoyer une demande de remboursement, ça me paiera un prochain voyage :p

Faustine a dit…

@Poetic Chelsea : Oui, moi aussi j'ai trouvé ;)
Quant au we ...
J'en parlerai très prochainement mais c'était GENIAL !!!

@Lihouy : Toi au moins tu as le remboursement :)

Blog en Commun a dit…

Merci d'indiquer la source des photos que vous prenez sur internet.

Faustine a dit…

@Blog en commun : 1000 excuses, j'y songerai la prochaine fois.