jeudi 30 août 2007

Comentaires & critiques "La 37e Heure"

Et voilà, la boucle est bouclée pour cette première sélection du Grand Prix du Jury ELLE 2008. Je viens de terminer un bon film de fille avec Cameron Diaz et je ne pouvais pas m'empécher, avant d'aller dormir, de regarder une dernière fois ma boite mail. (Avant on allait aux toilettes avant de se coucher, maintenant on scotch l'ordinateur. Ah, mon Dieu, les filles, c'est plus ce que c'étaient ...). Je disais donc que j'étais devant mon ordinateur et là, j'y ai vu le croquis de Stéphanie terminé. Impossible donc d'aller me coucher sans publier mon billet sur cette dernière critique du mois.
Même pas eu le temps de la remercier que je fonce mettre mon billet en ligne de ce pas.

Voici le 4ème de couverture :
Sarah Pribek regagne la maison de Minneapolis qu’elle partage avec son mari et collègue, Shiloh. Celui-ci vient de partir au centre de formation du FBI en Virginie. En découvrant qu’il n’est jamais arrivé, Sarah, inspecteur à la brigade des personnes disparues, a un terrible pressentiment. Elle est bien placée pour savoir qu’après trente-six heures d’absence, il est quasiment impossible de retrouver la trace de quelqu’un. A mesure que le passé de son mari se dévoile, c’est un étranger qu’elle découvre. Sur cette piste jonchée de vies brisées, sa pire crainte –la mort de Shiloh- est peut-être moins douloureuse que les révélations auxquelles elle devra faire face. A la fois énigme captivante et réflexion puissante sur la famille, l'amitié et la perte, La 37e Heure est le moment que tout le monde redoute.

Et voici mon commentaire :
Un sujet : la disparition.
Oui mais pas n’importe laquelle. Celle d’un flic du Minnesota, qui de plus, est recherché par sa femme (flic également) dans le même commissariat.
Une révélation finale à nous couper le souffle.
Un scénario bien ficelé.
Un suspens à ne pas vouloir fermer le livre pendant la nuit.
C’est la bonne recette d’un thriller bien mené.

Jodi Compton joue avec brio sur les multiples flashbacks qui nous expliquent le passé des personnages, nous en donnant une fine description et garantissant ainsi une compréhension totale dans le comportement de chacun ; Point fort de ce thriller.
Chacun ses démons intérieurs. Lorsqu’ils remontent à la surface, la difficulté est de s’y confronter.
En voulant opposer des caractères différents, l’écrivain creuse dans la nature humaine toutes sortes de réactions qui au final finissent par se compléter.
L’amitié, l’amour, la solitude et surtout le dépassement de soi sont ainsi les thèmes que l’auteur a développés.

Le suspens et la psychologie résident d’un bout à l’autre de ce roman « noir », en plaçant notamment l’intrigue dans cette région des Etats-Unis.
L’auteur a réussi à me faire voyager au sein de l’Etat du Minnesota encore inconnu pour moi. J’ai aimé cette originalité dans le choix de cette géographie humide et froide.

Une fin paradoxale selon moi, car elle s’essouffle un peu et en même temps je n’aurais pas vu meilleure fin que celle-ci. Cependant j’ai senti un certain manque de clarté quant à la continuité de la vie de Sarah, mais j’y trouve également une fine psychologie.

Un grand bravo à cette auteur pour ce premier roman et j’attends avec impatience la suite des aventures de cette héroïne.

Note : 14/20

Je n'ai évidement pas écris ma dernière phrase qui expliquait légèrement la fin de l'histoire.

Voilà, maintenant je vais essayer d'aller dormir...

6 commentaires:

caro a dit…

houlàlà que ça à l'air bien !!
et 1 livre de plus que je rajoute sur ma liste de Noel !!
Pas trop dur de lire tous ces livres en même temps ? tu arrives à t'y retrouver ? et à les ranger ?
Bravo pour les illustrations, c'est très beau, et très titi parisien, super chouette !

Faustine a dit…

@Caro : Coucou toi.
Question timing pour le moment ça va puisque j'ai lu les 3 livres en 18 jours et que j'ai pu en lire 2 de plus.
Question rangement, ben je les prête :) donc ils ne sont jamais en même temps dans mon armoire.
Merci encore à Steph pour ses croquis, je suis contente que celà plaise à pas mal de personne.
Gros bisoux

lihouy a dit…

Ah en effet, la photo des vagues dit le contraire de ce que je ressens... cet été est passé si vite !

Chapô pour tes lectures ! Je n'ai tenu ton rythme qu'à l'époque de ma première année de lettres modernes :p

Faustine a dit…

@Lihouy : 5 ans dans la même boite, t'inquiète pas, au bout d'un moment on trouve le temps pour tout :)
Non sans rire, métro+RER = tps de lecture assez important.
Merci pour ton passage.
A bientôt

Anonyme a dit…

Tiens, et bien moi aussi, ca m'a donné envie de le lire !!!
bisous !!

Faustine a dit…

@Anonyme (Mon frère) : Contente que mon petit commentaire t'ai donné envie de lire.
En tout cas tu sais que tu n'as pas besoin de l'acheter :)
Au fait où en es tu dans toutes tes lectures ???
Biz