jeudi 27 septembre 2007

Commentaires & Critiques 2ème sélection du Prix des lectrices ELLE 2008

Pas eu le temps de mettre mes critiques en lignes depuis que je les ai envoyées à la rédaction de ELLE.
Pas une minute à moi depuis cette rentrée de vacances, vie professionnelle qui reprend, nouvelles lectures ...Enfin, une vie normale quoi :)
Voici donc les commentaires de cette 2ème sélection.


Pour revoir les couvertures des différents livres c'est par ici.

Merci à Stéphanie pour son illustration concernant le roman "Le Cercle du Karma", je vais commencer par celui-ci écrit par la plume de Kunzang Choden.
Voici le 4ème de couverture :
Premier roman en provenance du royaume du Bhoutan, dans l'Himalaya, «Le Cercle du Karma» narre l'histoire de Tsomo, une jeune fille bhoutanaise qui, à l'âge de quinze ans, entreprend le solitaire et difficile voyage de sa vie, du royaume du Bhoutan jusqu'en Inde. véritable «roman de formation », placé sous le signe du bouddhisme et d'une quête spirituelle empêchée, ce parcours d'une jeune fille à la découverte d'elle-même et de sa force intérieure invite à un voyage au coeur d'un pays longtemps interdit, à la culture profondément méconnue, tout en brossant le portrait d'une génération de femmes pionnières prenant en main leur destin.

Et voici mon commentaire :
Un voyage initiatique qui m'a permis d'en découvrir encore plus sur ces merveilleuses régions que sont le Bhoutan et l'Inde.
Une très forte description des paysages.
Connaissant la philosophie Bouddhiste depuis mon plus jeune âge, j'y ai retrouvé cet esprit d'ouverture et de partage envers les autres, surtout le détachement de soi même face aux choses et aux êtres.
"Le cercle du karma" reflète ce dur et long parcours qui mène jusqu'à la mort et laisse ce sentiment d'inachevé. La mort détache complètement l'être terrestre de son âme et cette image est très bien décrite quand Lham Yeshi cherche son amie Tsomo au Chorten, et qu’elle la trouve partout au milieu de tous.
Ce livre est bien romancé. Ni trop technique, ni trop arrangeant avec la réalité.
Il s'ouvre aux autres avec une plume légère et délicate, ainsi qu'une pointe de fragilité.
Les chapitres sont bien construits, ils suivent l'évolution de Tsomo à travers ses choix et ses destinations (la petite carte en fin de livre est très pratique pour la suivre dans son parcours).
Je n'aurai pas plus à raconter sur cette très belle histoire, juste qu'il faut la découvrir pour approcher ce bien être intérieur que l'on peut tous toucher du doigt au fond de nous.

Note : 16/20

Passons maintenant à la catégorie essai avec "Tous les enfants sauf un" de Philippe Forest.
Ce que dit le 4ème de couverture :
Dix ans après, Philippe Forest s'en revient vers l'événement qui fut à l'origine de son premier roman, «L' Enfant éternel ». De ce récit, il fait maintenant un essai de manière à dire, sans littérature, ce que, dans le monde d'aujourd' hui, peuvent signifier la maladie et la mort d'une enfant. Quand le temps a passé, il reste peu de chose d'un roman. Mais le chagrin de la perte, l'effarement devant la vérité, la révolte face au refus de savoir demeurent et exigent sans répit d'être pensés. Un tabou touche une telle expérience qui concerne pourtant tous les vivants. L'énigme mélancolique de la maladie, les mythologies mensongères du cancer, le prétendu «travail de deuil» et l'interdit de la mort qu'il recouvre souvent, le recours à la religion et à tous ses substituts les plus dérisoires, la grande, sentimentalité carnassières avec laquelle la société considère la souffrance des enfants, constituent les questions qu'aborde ce nouveau livre interrogeant jusqu'aux vertus supposées thérapeutiques de la littérature et de la consolation qu'elle est censée apporter. «Tous les enfants, sauf un, grandissent» écrivait James Barrie au début de son Peter Pan.

Et mon commentaire :
La perte d'un enfant et ce, 6 mois, 1 an, 10 ans après, laisse toujours des traces indélébiles. Blessures qui changent avec le temps comme nous le voyons avec cet auteur qui a déjà écrit 3 essais sur la perte de sa fille.
Une écriture tranchée, à vif, qui cherche toujours à nous faire comprendre une chose : pourquoi ?
Philippe Forest prend la plume pour écrire une nouvelle fois sur le sujet, mais cette fois d'une manière plus philosophique.
Il fait appel à la construction thèse, antithèse, synthèse, tout le long de ses différents chapitres.
Il écrit de manière générale pour arriver au spécifique.
Je trouve cette écriture très saine. Il y a du recul et du détachement face au drame qu'a connu l'auteur mais cela fait naître une nouvelle douleur, comment continuer à vivre avec cette absence?
Un livre qui je pense reste un point de vue subjectif, et qui même s’il n'a pas été écrit dans le but d'aider d'autres personnes dans la souffrance, peut tout de même permettre de s'allier à la même douleur que l'auteur et ne pas se sentir seul face à la mort d'un enfant, douleur suprême s’il en est.

Note : 15/20

Et finissons par le roman policier : "Jamais je ne reviendrai" de Brian Freeman.
4ème de couverture :
Rachel a dix-sept ans et la beauté du diable. Le lieutenant Jonathan Stride, de la police de Duluth (Minnesota), connaît une terrible sensation de déjà-vu. Pour la seconde fois en l'espace de quelques mois, une adolescente a disparu dans les rues de la ville. Les deux jeunes filles se sont évanouies sans laisser de traces. La première, c'était Kerry. Pétillante, seize ans, très jolie. Aujourd' hui, c'est le tour de Rachel Deese, la reine du lycée, une adolescente précoce, briseuse de coeurs et manipulatrice. Convaincus qu'ils ont affaire à un tueur en série, les médias accentuent leur pression sur Stride. Mais tandis qu'il démêle l'écheveau de la vie - ô combien perturbée - de Rachel, le policier commence à croire que la vérité sur sa disparition est beaucoup plus complexe qu'on l'imagine. Et beaucoup plus perverse...

Mon commentaire :
Je n'ai à aucun moment réussi à me mettre dans ce roman policier, je m'y suis parfois même ennuyée.
Sans jugement aucun pour le travail d'écriture de l'auteur, j'y ai trouvé trop de longueur, jusqu'à pratiquement plus de la moitié du livre.
Le chapitre sur le procès est selon moi beaucoup trop long, il ne nous explique pas grand chose de plus.
Les personnages ont été largement passés au crible avant et on pouvait se douter facilement de leur face cachée.
Je me suis dis "tout ça pour ça ?", car après plus du tiers de l'histoire à la vitesse de l'escargot, je me suis retrouvée plongée au milieu d'un tourbillon d'élucubrations à la vitesse grand V.
Il est vrai que j'ai été bluffée par l'identité finale du tueur mais paradoxalement, j'ai trouvé la conclusion de cette histoire un peu tirée par les cheveux, comme par exemple l'explication que donne l'inspecteur Stride sur la mort de Kerry.
Brian Freeman détaille parfois trop certaines scènes pour pas grand chose, et à l'inverse, d'autres mériteraient un peu plus d'explications, comme pour certains protagonistes "secondaires"
Il commence bien quelque chose, s'en détourne et oublie de clore le premier sujet, d'où une impression que le roman a été bâclé.
La partie Las Vegas, si vite arrivée, ne colle pas avec le reste du roman qui se situe au Minnesota, la transition est un peu agressive.
L'écriture est cependant claire et bien posée, mais c'est dommage que la toile de fond, sur une bonne partie du roman, ne soit pas plus accrochante.

Note : 10/20

Je retourne maintenant à mes lectures pour la 3ème sélection.
Je vais faire un billet ce weekend pour les présenter comme il se doit.
Bonnes lectures ...

7 commentaires:

benedicte a dit…

salut cops de blog :)
tes critiques sont sympas, çà donne envie de lire ces livres ... Tu es devenue critique uniquement en renvoyant ton questionnaire ? Il y a bq de candidates j'imagine ?!
En tous cas, cela doit être une super expérience de vivre çà ! Et tes critiques sont diffusés sur le site de Elle ?
à bientot

montmartre_chica a dit…

euh ... en fait c'est montmartre_chica qui t'écris mais çà bug un peu ...

Faustine a dit…

@Montmartre_chica : Salut Madame, Oui, j'ai tout simplement renvoyé le questionnaire avec un résumé sur une feuille à part de deux livres que j'avais choisi de commenter.
C'est tout ...
Nous sommes 120 au total.
Quant au nombre de postulante je n'en sais rien.
Je ne sais pas si toutes les critiques sont diffusées, je ne pense pas, je sais juste que nous avons signés un papier leur autorisant la publication de nos commentaires.
Maintenant le feront ils à la fin du prix? Je ne sais pas non plus.
Tiens ça me fais penser que je vais allé leur poser la question :)
Merci pour ton passage et à bientôt.

marie a dit…

Bonsoir Faustine. Et bien voilà,je suis moi aussi dans ce même jury de Elle...Je suis arrivée ici par hasard en faisant une recherche sur Marie Sizun( dont j'ai commencé le livre ce soir). Hum je garde "La Souffrance des autres" pour la fin, jusqu'ici j'ai détesté les 2 premiers policiers que j'ai reçus ;) !
Au plaisir! Marie

Faustine a dit…

@Marie : Tu es la 2è à frapper à ma porte en tant que membre du jury. Je trouve ça cool, et je sais qu'on se verra, puisqu'une rencontre est prévue au salon du livre en février prochain.
Moi j'ai fini mes devoirs pour ce mois, j'ai envoyé mes commentaires le weekend dernier.
Tu vas t'éclater avec le polar, moi non plus je n'ai pas aimé les 2 autres (enfin, surtout l'avant dernier). Tu fais partie de quel jury ? Moi c'est le mois de mars.
Saches que tu peux retrouver tous mes comentaires en cliquant sur le côté droit dans "café littéraire".
Voilou
A très bientôt ...

marie a dit…

Bonjour Faustine. Tu m'apprends ça pour la rencontre au salon du Livre, est-ce officiel ou juste quelque chose qui circule sur le net? Oui qui sait.. on pourra s'y voir, enfin si je viens (je suis à Nantes!) Le livre de Marie Sizun m'a beaucoup plu et je suis actuellement dans le policier(pas mal effectivement!), j'ai un peu de mal à modérer ma boulimie de lectures pour me consacrer en priorité à mes "devoirs" de Elle, du coup quand la fin du mois approche je panique un peu ;)
Je suis du jury d'avril.
A bientôt, je passerai te relire ici avec plaisir, que ce soit pour ces livres ou sur d'autres sujets, ton blog est très agréable et bien fait: félicitations vraiment!

Faustine a dit…

@Marie : merci pour tous ces compliments, ça me touche beaucoup.
concernant la rencontre au salon du livre, oui c'est sur, c'est une personne que j'ai connue de la même manière que je t'ai connue et avec qui je garde contact, qui leur à posé la question.
Moi, concernant la littérature, je fais d'abord mes devoirs :) et ensuite ben je suis libre comme l'air :)
Là, je suis sur un polar Suédois, c'est génial.
N'hésite pas à repasser quand tu veux.
A bientôt